Avis sur Love Game Tome 1 par Elodie

Love Game

Synopsis 

 Vous saurez enfin ce que pensent les hommes.

Le narrateur, Drew Evans, est un financier riche, beau et arrogant. Un playboy à qui tout réussi et qui séduit les plus belles femmes de New York…jusqu’au jour où une femme lui résiste. Kate est brillante, belle et ambitieuse…mais fiancée et inaccessible.

Elle est aussi la nouvelle recrue du père de Drew dans l’entreprise familiale. S’engage alors une compétition professionnelle et pimentée.

Enfin une comédie romantique et érotique !

Mon avis

A la sortie de ce livre j’étais très emballée et très contente de découvrir l’une des premières parutions de la collection Hugo new romance qui avait sû m’emballer avec la sage « beautiful bastard ». Le livre a trainer pas mal  de temps dans ma PAL, et puis un jour voyant que le tome 2 puis le tome 3 sortaient en librairie, je me suis décidé à le sortir pour mon plus grand malheur ! Je ne sais pas ce qui s’est passé avec ce livre, mais il m’a complètement bloqué. Pour tout vous dire, je l’ai commencée à la gare de Marne-la-Vallée le lendemain de Noel, car j’avais du temps devant moi (merci la SNCF !) et ce calvaire a durée jusqu’à ces jours-ci.  L’histoire me plaisait, du New Adult, je ne pouvais qu’aimer ! Raconter par un homme, super original comme concept  dans ce genre littéraire ! Mais je ne sais pas pourquoi la sauce n’a pas pris. Vous allez me dire « presque 6 mois pour un livre, mais tu aurais dû le mettre de coter et lire autre chose ». Oui ! J’y ai pensée mais impossible je n’y arrivais pas. J’étais littéralement bloqué dans l’histoire de Drew et Kate qui me plaisait mais, que je n’arrivais pas à lire. Il faut dire qu’une fois que j’arrivais à me faire « torture » et à le lire. J’appréciais beaucoup ma lecture, j’avais même du mal à la lâcher – ce qui est complètement contradictoire me direz vous. Dans ce livre, nous retrouvons Drew, fils du PDG d’une grande société américaine, autant accros à son travail qu’au sexe. Il sait ce qu’il veut mais, surtout ce qu’il ne veut pas ! Nous avons également Kate, américaine « lambda »  de classe plutôt moyenne, qui sait aussi ce qu’elle veut dans sa vie professionnelle. Lorsque les deux personnages se rencontrent pour la première fois ils ne savent pas qui ils sont, mais dès leurs deuxième rencontre, la guerre est déclarer. Comme Drew l’a dit, s’il y a bien quelque chose de plus important que le sexe et son engin, c’est bien son boulot et pour ça, il est près a tout.

Disons que pendant le premier tiers du livre, nous sommes témoin de cette bataille sans merci pour obtenir l’un des plus gros contrats de la société, ce qui change bien dans ce genre de livre où généralement nous sommes directement plonger dans les scènes de sexe ou encore dans une romance naissante.

Mais c’était sans compter sur la « volonté de fer » de Drew. Comme vous vous en doutez bien, lui qui a toujours eu toutes les femmes qu’il voulait, il ne pouvait pas se restreindre à cause d’un simple contrat de travail, il n’y en aura d’autre mais, pas d’autre Kate.

Les deux tiers restant du livre, nous assistons à « un je t’aime moi non plus » qui est plutôt distrayant. Pour ce qui est de l’écriture, comme je vous le disais plus tôt, ce qui est original avec ce roman, c’est qu’il est entièrement écrit du point de vue de notre personnage principal masculin – dans beautiful bastard, nous avions vu qu’il y avait les deux points de vue. CF : revue beautiful bastard – ce qui est super innovant dans ce genre littéraire. Nous nous mettons à la place d’un homme –malgré que le livre soit écrit par une femme- ce qui ne permet de voir ce qu’il « pense ». Ce qui m’a énormément plût dans ce livre, c’est le fait que le narrateur nous parle directement comme si nous étions en face en train de boire un café ensemble. Le narrateur –Drew- nous parle directement ce qui crée un lien entre le lecteur et le personnage principal. Pour finir, l’auteure nous écrit une fin qui peut être déconcertante quand on sait que 3 tomes et demi suivent, car on ne sait pas réellement ce que l’auteur va bien pouvoir nous raconter.

Pour conclure, malgré une relation amour/haine avec ce livre sans aucune raison valable d’ailleurs, j’ai plutôt bien accroché à l’histoire mais surtout, au concept. Je pense que ce style d’écriture j’aurais encore moins accroché et je n’aurais jamais fini ce livre.

Les plus 

  • le style d’écriture qui nous permet de créer un lien particulier avec le personnage principal

  • les personnages qui ont du caractère mais, surtout le personnage de Makenzie (la nièce de Drew qui est juste adorable)

  • L’aspect relation professionnel (monde du travail)

 Les moins 

  • Beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire

  • Fin bâclée et qui ne mène pas vers les tomes suivants

​Ma note: 12/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s